logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/05/2013

Mangas

 

 

J'aime ces fraîches images japonaises et vous ?

 

Ces couleurs vont nous aider à traverser ces périodes troublées de temps froid et pluvieux.

Bon mercredi à tous et toutes.

ALITTE LYDIA

 

07:14 Écrit par Lydia Chamarie dans littéraire | Lien permanent | Commentaires (7)

13/04/2013

Chanson d'avril par Giuseppe di Stéfano

 

Bon weed-end chaud et ensoleillé (le premier)

 

Profitez-en bien !

 

Aliette Lydia

15:13 Écrit par Lydia Chamarie | Lien permanent | Commentaires (10)

30/03/2013

Passez de bonnes fêtes de Pâques


oeuf de paques

Des chocolats, des enfants qui cherchent les oeufs partout,

Quoi de plus beau ?

 

GROS BISOUS MES AMIS ET AMIES

ALIETTE LYDIA

20:16 Écrit par Lydia Chamarie dans famille | Lien permanent | Commentaires (9)

22/03/2013

Le COUSCOUS

Pour notre anniversaire de mariage, le mois prochain,

nous serons une quinzaine rassemblés dans une maison/gîte dans le Lot et Garonne.

Le soir du 20 avril, nous aurons un traiteur.

Le lendemain je ferai un couscous. Les quantités sont pour une dizaine de personnes.

C'est donc à augmenter pour moi (quinze) ou à diminuer si vous n'êtes que quelques-uns.

 

INGREDIENTS :

- 700 g. de semoule à couscous

- 1 kg d'épaule d'agneau

- 5 cuisses de poulet partagée en deux qui font 10 morceaux

- 150 g de pois chiches (les mettre à tremper la veille) puis les faire cuire un quart d'heure et jeter l'eau avant de les mettre dans le couscousier.

- 500 g de navets

- 500 g de carottes

- 500 g de courgettes

- vous pouvez ajouter poivrons et aubergines ou encore fonds d'artichauts.

- 2 oignons

- 1 cuillerée à café de safran (ou 2 doses achetées)

- 1 cuillerée à café de piment doux (ou d'Espelette)

- 1 bouquet de coriandre, sel et poivre

"La liste des légumes est interchangeable. Vous pouvez mettre sans problèmes les légumes que vous avez sous la main. Tout est bon : les poireaux, les poivrons, et plein d'autres de saison comme le choux vert en ce moment. C'est pareil pour la viande. Vous pouvez y mettre des cuisses de poulet ou même le faire tout au poulet. Vous pouvez faire des boulettes, plein de choses"

Découper la viande de mouton et de boeuf en morceaux, les mettre dans la marmite à couscous. Moi je les fait revenir dans une poële avant de les mettre dans l'eau.

Couvrir d'eau froide (deux ou trois litres plus ou moins selon la quantité de viande et de légumes que vous mettez) Ajouter l'oignon en morceaux, le safran, le piment doux, sel et poivre et les pois chiches mis à tremper depuis la veille. Vous pouvez aussi rajouter une épice spéciale couscous achetée exprès pour ça. Vous pouvez mettre des herbes. Les couscous ne sont pas figés. Chacun le fait à sa manière.

Porter à ébullition et laisser cuire à petits bouillons pendant une heure.

Mettre la semoule dans un saladier et l'arroser avec suffisamment d'eau tiède salée et huilée.

Mélanger et détacher les grains avec une fourchette. Les mettre dans le panier supérieur du couscousier. Dès que la vapeur a traversé la semoule, la remettre dans le saladier.

A ce moment-là, vous pourrez ajouter dans la marmite, les navets, et les carottes épluchés et lavés. Et un quart d'heure plus tard, ajouter les courgettes et la coriandre hachée puis remettre la semoule dans le panier sur le couscousier.

Laisser cuire le tout pendant 3/4 d'heure.

A ce moment-là, vous pourrez étaler la semoule sur un plat en inox long. Vous pouvez y ajouter des raisins de corinthe si vous aimez ça. Mais attention, il faut qu'ils aient trempé dans de l'eau tiède pendant une heure.

Vous mettez les légumes dans un saladier et la viande dans un autre plat.

Avec le bouillon, vous préparez un jus de tomate délayé et relevé de harissa pour arroser la semoule.

Vous présentez la harissa dans un petit récipient (attention, c'est très fort.)

Vous n'avez plus qu'à vous régaler.

BON APPETIT !

09:52 Écrit par Lydia Chamarie dans Recettes | Lien permanent | Commentaires (18)

16/03/2013

Inauguration du Pont Chaban-Delmas

Le Pont de Pierre était le premier pont de Bordeaux.

Le Pont Chaban Delmas est le dernier inauguré aujourd'hui

en présence du Président de la République : François Hollande.

Notre ville de Bordeaux peut être fière de ce nouveau pont.

pont-chaban-delmas.jpg

 

François Hollande inaugure le pont Jacques-Chaban-Delmas à Bordeaux

16 mars 2013 à 11:39
Vue du pont Jacques Chaban-Delmas en construction le 23 octobre 2013 à Bordeaux
Vue du pont Jacques Chaban-Delmas en construction le 23 octobre 2013 à Bordeaux (Photo Jean Pierre Muller. AFP)
 
Par AFP

Le président de la République François Hollande a inauguré samedi matin à Bordeaux un pont levant sur la Garonne, baptisé Jacques-Chaban-Delmas en hommage à l’ancien maire de la ville durant 48 ans.

Arrivé sur la rive droite du pont vers 10H45, M. Hollande a été notamment accueilli par le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, la ministre chargée des personnes âgées, Michèle Delaunay, et le maire UMP de Bordeaux Alain Juppé ainsi que par Vincent Feltesse, président socialiste de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), maître d’ouvrage du pont.

La veuve de M. Chaban-Delmas, Micheline, accompagnée de ses deux enfants, Valérie et Jean-Jacques, était également présente à la cérémonie.

M. Hollande a ensuite été invité à faire abaisser la travée centrale mobile de ce pont de 443 mètres, longue de 117 mètres et culminant à 55 mètres en position haute.

Juste avant, le pont avait ainsi pu laisser passer toute une parade nautique partie ensuite accoster en amont dans le centre-ville classé au patrimoine de l’Unesco, dont le Belem, célèbre dernier trois-mâts français, lui-même classé monument historique.

M. Hollande a ensuite coupé le traditionnel ruban avant d’entamer à pied la traversée du pont. Arrivé sur la rive gauche, il devait dévoiler la plaque inaugurale.

D’un coût de 160 millions d’euros, ce pont, très caractéristique avec ses quatre pylônes de 77 mètres de haut, est le cinquième pont routier au-dessus de la Garonne à Bordeaux. Dû notamment à l’ingénieur Michel Virlogeux, l’ouvrage, dont la construction a commencé en octobre 2009, est destiné à fluidifier la circulation entre les quartiers en mutation de Bacalan (rive gauche) et Bastide (rive droite).

On l’avait surnommé, du nom de ces quartiers, le pont «Ba-ba» pendant sa construction. M. Feltesse était favorable à l’appeler pont Toussaint-Louverture, du nom du général haïtien figure de la lutte contre l’esclavage. Le conseil municipal de Bordeaux a finalement choisi de lui donner, plus classiquement, le nom de l’ancien maire de la ville, à la suggestion de son successeur Alain Juppé.

Après trois jours de festivités, le pont sera ouvert à la circulation lundi.

===========================

Ce pont va amplifier la fluidité de la circulation et aussi les relations entre le quartier BACALAN rive gauche et BASTIDE rive droite l Ces deux rives étaient jusque-là un peu séparées.

BON WEEK-END A TOUS

ALIETTE LYDIA

12:43 Écrit par Lydia Chamarie | Lien permanent | Commentaires (11)

12/03/2013

Bordeaux et ses ponts

Plus de 190 ans séparent le premier pont bordelais, le pont de Pierre, et le dernier en date, le pont Chaban-Delmas (qui n'a rien fait pour ce pont comme pour d'autres choses d'ailleurs.) L'ancien maire récolte là une gloire qu'il n'a pas méritée, c'est ainsi.

Le pont de pierre a été inauguré en 1822, il est aujourd'hui classé monument historique. Il a eu une naissance beaucoup plus mouvementée que le dernier : le pont levant. Retour sur un pont qui a inauguré un lien fixe entre les deux rives.

Au début du XVIIIème siècle, un poète bordelais rêve. Il se nomme Elie de Bétoulaud et imagine un pont qui relierait enfin les deux rives gauche et droite, et permettrait aux habitants de franchir la Garonne autrement que sur des barges.

Des années plus tard, un homme n'a pas la réputation d'un rêveur : l'intendant Tourny, qui projette de créer un pont dans la droit ligne des fossés de Bourgogne, aujourd'hui appelés le Cours Victor-Hugo. Le projet n'est pas retenu mais le lieu d'implantation sera le bon.

Les commerçants bordelais ne sont alors pas favorables au pont. Ils craignent que cela ne nuise au trafic fluvial. Plusieurs plans successifs sont ainsi rejetés.

Il faut attendre que Napoléon Bonaparte passe à Bordeaux en 1807, en route pour la guerre d'Espagne avec ses 350 000 soldats qui devront franchir la Garonne sur des bacs pendant trois ans !!! Napoléon Bonaparte prend alors un décret pour la construction d'un pont en pierre qui doit traverser le fleuve le plus vite possible.

BOIS, FONTE OU PIERRE ?

L'empereur étant pressé, les ingénieurs rivalisent d'imagination et proposent un pont fait de barges rattachées puis un pont en structure de de bois. On imagine alors les piles en maçonnerie reposant sur des pins des Landes en guise de pilotis, 250 par pile pour résister aux forts courants. Les travaux débutent, la première pierre est posée en 1812. Mais, par manque de bois, le projet est modifié au profit d'arches en fer beaucoup plus chères. C'est sans compter "l'Histoire."

En 1814, les anglais entrent dans Bordeaux, l'Empire est renversé et Napoléon abdique. Le chantier est stoppé par manque de financement.

Deux ans plus tard, Pierre Balguerie-Stuttenberg, à la tête d'une compagnie de négociants et armateurs bordelais, propose d'apporter une forte somme en échange d'un droit de péage sur le pont pendant 99 ans. L'état rachètera le pont en 1863 et supprimera le péage. Cette solution est acceptée et les travaux reprennent. Il n'est plus question d'une travée mobile pour le passage des bateaux.

Les ingénieurs Pierre Deschamps et Jean-Baptiste Billaudel optent pour un pont en arc en pierres de taille et de voûtes en briques. Constitué de 17 arches soit autant que les lettres du nom de "Napoléon Bonaparte." Plus de 4000 ouvriers travailleront sur ce chantier jusqu'à l'ouverture le 1er mai 1822.

Long de 487 mètres, large de 15 mètres élargi à 19 mètres en 1954. Il a risqué la destruction en 1941 pour construire un pont plus large. Il a été sauvé par l'économie de guerre. Il restera le seul moyen de franchir la Garonne jusqu'à la construction du pont Saint-Jean en 1865 soit 143 ans après.

Plusieurs interventions de renforement furent nécessaires, il est maintenant sous étroite surveillance. Le plus vieux pont bordelais accueille le tramway depuis 2003. Il fut le pont emblématique de Bordeaux, jusqu'à aujourd'hui du moins, car nul doute que le nouvel ouvrage reliant Bacalan à la Bastide va prendre sa place dans l'imaginaire collectif.

Monuments de Bordeaux 049.jpg

Ci-dessus le pont de pierre.

 

Bon mardi à tous mes amis,

 

ALIETTE LYDIA

08:25 Écrit par Lydia Chamarie dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (3)

04/03/2013

Rions avec Olivier

 

Cela m'a fait beaucoup rire, j'espère qu'à vous aussi ;

Bon lundi

 

ALIETTE LYDIA

10:29 Écrit par Lydia Chamarie dans Humour/énigmes | Lien permanent | Commentaires (8)

02/03/2013

L'auditorium de Bordeaux

Ceux et celles d'entre vous qui ont vu et écouté

les victoires de la musique classique à la télévision,

la semaine dernière, ont pu découvrir

le tout nouvel auditorium qui vient d'ouvrir

en ce début d'année à Bordeaux.

C'était un très bel écrin pour une belle émission

Après le pont Chaban-Delmas,

voilà un lieu très important pour les mélomanes

et qui s'ajoute au patrimoine déjà riche de ma ville.

 

"Je ne dirai qu’un mot : enfin!"

s’est exclamé Alain Juppé, maire de Bordeaux,

en prélude au concert d’ouverture du nouvel auditorium de la ville,

le 24 janvier dernier.

Il faut dire que le projet de l’architecte Michel Pétuaud-Létang

a connu une longue gestation (il remonte aux années 2000)

et un chantier particulièrement difficultueux

(entreprises défaillantes, fouilles archéologiques, contraintes

liées à l’exiguïté de la parcelle, etc.)

Fosse mobile

La salle Henri-Dutilleux, c’est son nom désormais, comporte 1449 places. Sa scène à configurations multiples (10, 12 ou 14 m de profondeur pour une largeur de 20,5 mètres) est composée de 17 plateaux réglables pour laisser au chef la libre disposition des musiciens selon les œuvres jouées. Une disposition qui autorise également un plateau totalement horizontal pour la danse. Sous le proscenium, une fosse mobile de 160 m2 peut recevoir 120 musiciens et un balcon de chœur complète le parterre. 

Immersion

 

Le principal défi acoustique à relever consistait à assurer un ratio d’environ 10 m3/spectateur afin de parvenir, selon les préconisations de l’acousticien Eckhard Kahle et de son équipe (Yann Jurkiewicz, Nathalie Faillet, Thomas Wulfrank et Johan Brulez), à créer les conditions d’écoute optimale en acoustique naturelle pour chaque place… Pour trouver ce volume, les balcons latéraux ont été détachés des parois de l’auditorium et leur accès s’effectue par des passerelles. Principaux avantages : le ratio est pratiquement atteint, l’auditeur se trouve immergé dans la musique par la profusion des réflexions qui lui parviennent de tous côtés et, de plus, il bénéficie d’une intimité visuelle et sonore avec les musiciens (aucun siège n’est éloigné de plus de 25 m du chef).

Canopées mobiles

Les nez des balcons dirigent les réflexions sonores vers le parterre, tandis que leurs sous-faces sont traitées à l’aide de surfaces concaves (généralement honnies par les acousticiens) qui focalisent les ondes sonores avant de les redistribuer sur les spectateurs. Une disposition librement inspirée, aux dires d’Eckhard Kahle, par la coupole du Palais-Garnier! Au plafond de la salle, quatre canopées mobiles à l’orientation préprogrammée permettent d’adapter plus précisément la configuration du lieu au répertoire joué. Enfin, en fond de salle, au-dessus du balcon de chœur, un rideau mobile escamotable permet, si besoin est, de faire varier l’absorption globale du lieu (pour en abaisser la durée de réverbération.)

Le plus grand auditorium de France ouvrira à Paris

(La Villette) en 2014.


Bon week-end à tous

ALIETTE LYDIA

Les sourds-muets lèvent les mains en l'air et les secouent

pour applaudir des spectacles en langue des signes


 

 

16:13 Écrit par Lydia Chamarie | Lien permanent | Commentaires (7)

01/03/2013

Les applaudissements

La pratique des applaudissements approbateurs existait déjà dans l'Antiquité romaine et pas seulement dans les cirques et les arènes mais pour les manifestations artistiques de toutes sortes et dans les théâtres. Cette pratique est répandue dans le monde entier.

 

Une différence de taille avec les anglo-saxons où les cris et les sifflets font partie des manifestations d'enthousiasme. En France, le sifflet reste réservé à la désapprobation.

 

34542_Bravo_applaudissement.gif

 

Pour nous l'applaudissement constitue à taper ses mains l'une contre l'autre afin de produire un bruit significatif pour remercier les artistes qui ont joué devant nous.

J'ai été très surprise de voir un public de sourds et muets applaudir en langage des signes.

 

Qui peut me dire comment ils applaudissent justement ?

C'est sympathique et ne fait aucun bruit.

 

A vous de jouer.

 

Bon week-end.

 

ALIETTE LYDIA

11:33 Écrit par Lydia Chamarie dans Divers | Lien permanent | Commentaires (3)

23/02/2013

A mademoiselle Louise B. (2ème partie)

La première partie est sur mon blog (ecrits de toutes sortes sur over-blog)

 

Ainsi nous allons tous. - Mais vous dont l'âme est forte,
Vous dont le coeur est grand, vous dites : - Que m'importe
Si le temps fuit toujours,
Et si toujours un souffle emporte quand il passe,
Pêle-mêle à travers la durée et l'espace,
Les hommes et les jours ! -

Car vous avez le goût de ce qui seul peut vivre ;
Sur Dante ou sur Mozart, sur la note ou le livre,
Votre front est courbé.
Car vous avez l'amour des choses immortelles ;
Rien de ce que le temps emporte sur ses ailes
Des vôtres n'est tombé !

Quelquefois, quand l'esprit vous presse et vous réclame,
Une musique en feu s'échappe de votre âme,
Musique aux chants vainqueurs,
Au souffle pur, plus doux que l'aile des zéphires,
Qui palpite, et qui fait vibrer comme des lyres
Les fibres de nos coeurs !

Dans ce siècle où l'éclair reluit sur chaque tête,
Où le monde, jeté de tempête en tempête,
S'écrie avec frayeur,
Vous avez su vous faire, en la nuit qui redouble,
Une sérénité qui traverse sans trouble
L'orage extérieur !

Soyez toujours ainsi ! l'amour d'une famille,
Le centre autour duquel tout gravite et tout brille ;
La soeur qui nous défend ;
Prodigue d'indulgence et de blâme économe ;
Femme au coeur grave et doux ; sérieuse avec l'homme,
Folâtre avec l'enfant !

Car pour garder toujours la beauté de son âme,
Pour se remplir le coeur, riche ou pauvre, homme ou femme,
De pensers bienveillants,
Vous avez ce qu'on peut, après Dieu, sur la terre,
Contempler de plus saint et de plus salutaire,
Un père en cheveux blancs !


Cette 2ème partie de poème est de Victor Hugo


BON WEEK-END A VOUS TOUS ET TOUTES.


ALIETTE LYDIA

08:46 Écrit par Lydia Chamarie | Lien permanent | Commentaires (4)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique