logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/03/2013

Bordeaux et ses ponts

Plus de 190 ans séparent le premier pont bordelais, le pont de Pierre, et le dernier en date, le pont Chaban-Delmas (qui n'a rien fait pour ce pont comme pour d'autres choses d'ailleurs.) L'ancien maire récolte là une gloire qu'il n'a pas méritée, c'est ainsi.

Le pont de pierre a été inauguré en 1822, il est aujourd'hui classé monument historique. Il a eu une naissance beaucoup plus mouvementée que le dernier : le pont levant. Retour sur un pont qui a inauguré un lien fixe entre les deux rives.

Au début du XVIIIème siècle, un poète bordelais rêve. Il se nomme Elie de Bétoulaud et imagine un pont qui relierait enfin les deux rives gauche et droite, et permettrait aux habitants de franchir la Garonne autrement que sur des barges.

Des années plus tard, un homme n'a pas la réputation d'un rêveur : l'intendant Tourny, qui projette de créer un pont dans la droit ligne des fossés de Bourgogne, aujourd'hui appelés le Cours Victor-Hugo. Le projet n'est pas retenu mais le lieu d'implantation sera le bon.

Les commerçants bordelais ne sont alors pas favorables au pont. Ils craignent que cela ne nuise au trafic fluvial. Plusieurs plans successifs sont ainsi rejetés.

Il faut attendre que Napoléon Bonaparte passe à Bordeaux en 1807, en route pour la guerre d'Espagne avec ses 350 000 soldats qui devront franchir la Garonne sur des bacs pendant trois ans !!! Napoléon Bonaparte prend alors un décret pour la construction d'un pont en pierre qui doit traverser le fleuve le plus vite possible.

BOIS, FONTE OU PIERRE ?

L'empereur étant pressé, les ingénieurs rivalisent d'imagination et proposent un pont fait de barges rattachées puis un pont en structure de de bois. On imagine alors les piles en maçonnerie reposant sur des pins des Landes en guise de pilotis, 250 par pile pour résister aux forts courants. Les travaux débutent, la première pierre est posée en 1812. Mais, par manque de bois, le projet est modifié au profit d'arches en fer beaucoup plus chères. C'est sans compter "l'Histoire."

En 1814, les anglais entrent dans Bordeaux, l'Empire est renversé et Napoléon abdique. Le chantier est stoppé par manque de financement.

Deux ans plus tard, Pierre Balguerie-Stuttenberg, à la tête d'une compagnie de négociants et armateurs bordelais, propose d'apporter une forte somme en échange d'un droit de péage sur le pont pendant 99 ans. L'état rachètera le pont en 1863 et supprimera le péage. Cette solution est acceptée et les travaux reprennent. Il n'est plus question d'une travée mobile pour le passage des bateaux.

Les ingénieurs Pierre Deschamps et Jean-Baptiste Billaudel optent pour un pont en arc en pierres de taille et de voûtes en briques. Constitué de 17 arches soit autant que les lettres du nom de "Napoléon Bonaparte." Plus de 4000 ouvriers travailleront sur ce chantier jusqu'à l'ouverture le 1er mai 1822.

Long de 487 mètres, large de 15 mètres élargi à 19 mètres en 1954. Il a risqué la destruction en 1941 pour construire un pont plus large. Il a été sauvé par l'économie de guerre. Il restera le seul moyen de franchir la Garonne jusqu'à la construction du pont Saint-Jean en 1865 soit 143 ans après.

Plusieurs interventions de renforement furent nécessaires, il est maintenant sous étroite surveillance. Le plus vieux pont bordelais accueille le tramway depuis 2003. Il fut le pont emblématique de Bordeaux, jusqu'à aujourd'hui du moins, car nul doute que le nouvel ouvrage reliant Bacalan à la Bastide va prendre sa place dans l'imaginaire collectif.

Monuments de Bordeaux 049.jpg

Ci-dessus le pont de pierre.

 

Bon mardi à tous mes amis,

 

ALIETTE LYDIA

08:25 Écrit par Lydia Chamarie dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (3)

04/03/2013

Rions avec Olivier

 

Cela m'a fait beaucoup rire, j'espère qu'à vous aussi ;

Bon lundi

 

ALIETTE LYDIA

10:29 Écrit par Lydia Chamarie dans Humour/énigmes | Lien permanent | Commentaires (8)

02/03/2013

L'auditorium de Bordeaux

Ceux et celles d'entre vous qui ont vu et écouté

les victoires de la musique classique à la télévision,

la semaine dernière, ont pu découvrir

le tout nouvel auditorium qui vient d'ouvrir

en ce début d'année à Bordeaux.

C'était un très bel écrin pour une belle émission

Après le pont Chaban-Delmas,

voilà un lieu très important pour les mélomanes

et qui s'ajoute au patrimoine déjà riche de ma ville.

 

"Je ne dirai qu’un mot : enfin!"

s’est exclamé Alain Juppé, maire de Bordeaux,

en prélude au concert d’ouverture du nouvel auditorium de la ville,

le 24 janvier dernier.

Il faut dire que le projet de l’architecte Michel Pétuaud-Létang

a connu une longue gestation (il remonte aux années 2000)

et un chantier particulièrement difficultueux

(entreprises défaillantes, fouilles archéologiques, contraintes

liées à l’exiguïté de la parcelle, etc.)

Fosse mobile

La salle Henri-Dutilleux, c’est son nom désormais, comporte 1449 places. Sa scène à configurations multiples (10, 12 ou 14 m de profondeur pour une largeur de 20,5 mètres) est composée de 17 plateaux réglables pour laisser au chef la libre disposition des musiciens selon les œuvres jouées. Une disposition qui autorise également un plateau totalement horizontal pour la danse. Sous le proscenium, une fosse mobile de 160 m2 peut recevoir 120 musiciens et un balcon de chœur complète le parterre. 

Immersion

 

Le principal défi acoustique à relever consistait à assurer un ratio d’environ 10 m3/spectateur afin de parvenir, selon les préconisations de l’acousticien Eckhard Kahle et de son équipe (Yann Jurkiewicz, Nathalie Faillet, Thomas Wulfrank et Johan Brulez), à créer les conditions d’écoute optimale en acoustique naturelle pour chaque place… Pour trouver ce volume, les balcons latéraux ont été détachés des parois de l’auditorium et leur accès s’effectue par des passerelles. Principaux avantages : le ratio est pratiquement atteint, l’auditeur se trouve immergé dans la musique par la profusion des réflexions qui lui parviennent de tous côtés et, de plus, il bénéficie d’une intimité visuelle et sonore avec les musiciens (aucun siège n’est éloigné de plus de 25 m du chef).

Canopées mobiles

Les nez des balcons dirigent les réflexions sonores vers le parterre, tandis que leurs sous-faces sont traitées à l’aide de surfaces concaves (généralement honnies par les acousticiens) qui focalisent les ondes sonores avant de les redistribuer sur les spectateurs. Une disposition librement inspirée, aux dires d’Eckhard Kahle, par la coupole du Palais-Garnier! Au plafond de la salle, quatre canopées mobiles à l’orientation préprogrammée permettent d’adapter plus précisément la configuration du lieu au répertoire joué. Enfin, en fond de salle, au-dessus du balcon de chœur, un rideau mobile escamotable permet, si besoin est, de faire varier l’absorption globale du lieu (pour en abaisser la durée de réverbération.)

Le plus grand auditorium de France ouvrira à Paris

(La Villette) en 2014.


Bon week-end à tous

ALIETTE LYDIA

Les sourds-muets lèvent les mains en l'air et les secouent

pour applaudir des spectacles en langue des signes


 

 

16:13 Écrit par Lydia Chamarie | Lien permanent | Commentaires (7)

01/03/2013

Les applaudissements

La pratique des applaudissements approbateurs existait déjà dans l'Antiquité romaine et pas seulement dans les cirques et les arènes mais pour les manifestations artistiques de toutes sortes et dans les théâtres. Cette pratique est répandue dans le monde entier.

 

Une différence de taille avec les anglo-saxons où les cris et les sifflets font partie des manifestations d'enthousiasme. En France, le sifflet reste réservé à la désapprobation.

 

34542_Bravo_applaudissement.gif

 

Pour nous l'applaudissement constitue à taper ses mains l'une contre l'autre afin de produire un bruit significatif pour remercier les artistes qui ont joué devant nous.

J'ai été très surprise de voir un public de sourds et muets applaudir en langage des signes.

 

Qui peut me dire comment ils applaudissent justement ?

C'est sympathique et ne fait aucun bruit.

 

A vous de jouer.

 

Bon week-end.

 

ALIETTE LYDIA

11:33 Écrit par Lydia Chamarie dans Divers | Lien permanent | Commentaires (3)

23/02/2013

A mademoiselle Louise B. (2ème partie)

La première partie est sur mon blog (ecrits de toutes sortes sur over-blog)

 

Ainsi nous allons tous. - Mais vous dont l'âme est forte,
Vous dont le coeur est grand, vous dites : - Que m'importe
Si le temps fuit toujours,
Et si toujours un souffle emporte quand il passe,
Pêle-mêle à travers la durée et l'espace,
Les hommes et les jours ! -

Car vous avez le goût de ce qui seul peut vivre ;
Sur Dante ou sur Mozart, sur la note ou le livre,
Votre front est courbé.
Car vous avez l'amour des choses immortelles ;
Rien de ce que le temps emporte sur ses ailes
Des vôtres n'est tombé !

Quelquefois, quand l'esprit vous presse et vous réclame,
Une musique en feu s'échappe de votre âme,
Musique aux chants vainqueurs,
Au souffle pur, plus doux que l'aile des zéphires,
Qui palpite, et qui fait vibrer comme des lyres
Les fibres de nos coeurs !

Dans ce siècle où l'éclair reluit sur chaque tête,
Où le monde, jeté de tempête en tempête,
S'écrie avec frayeur,
Vous avez su vous faire, en la nuit qui redouble,
Une sérénité qui traverse sans trouble
L'orage extérieur !

Soyez toujours ainsi ! l'amour d'une famille,
Le centre autour duquel tout gravite et tout brille ;
La soeur qui nous défend ;
Prodigue d'indulgence et de blâme économe ;
Femme au coeur grave et doux ; sérieuse avec l'homme,
Folâtre avec l'enfant !

Car pour garder toujours la beauté de son âme,
Pour se remplir le coeur, riche ou pauvre, homme ou femme,
De pensers bienveillants,
Vous avez ce qu'on peut, après Dieu, sur la terre,
Contempler de plus saint et de plus salutaire,
Un père en cheveux blancs !


Cette 2ème partie de poème est de Victor Hugo


BON WEEK-END A VOUS TOUS ET TOUTES.


ALIETTE LYDIA

08:46 Écrit par Lydia Chamarie | Lien permanent | Commentaires (4)

11/02/2013

Plats tout prêts surgelés

Vous avez dû entendre cela à la radio vous aussi.

Cette viande de cheval, tirée dans les bas morceaux

(certains pensent à des déchets peut-être,

prévus à l'équarissage peut-être, l'enquête commence.)

et appelée viande de boeuf, est à l'origine trois fois moins chère.

Les chevaux sont tués en Roumanie pour ne plus encombrer les rues.

Ces bas morceaux passaient par plusieurs intermédiaires.

Dont notamment "SPANGHERO" en France qui fait l'innocent.

Rien qu'à penser à ce produit qui traînait de frigo en frigo,

en passant par les transporteurs bien sûr.

Cela me donne des frissons de terreur.

Lui-même la revendait pour être transformée en lasagnes

dans un autre pays de l'Europe puis revendue encore une fois.

Ce scandale a pris forme en Grande-Bretagne mais,

Nos supermarchés en vendent aussi bien sûr et ont retiré

rapidement les produits incriminés des rayons.

Je ne sais pas vous mais chez moi, pas de produits tout prêts.

J'achète et je transforme moi-même. C'est plus sûr.

C'est donc une énorme arnaque à la nourriture produite

par l'Europe. Bravo à elle !

FINDUS est incriminé en premier mais RICARD n'est pas en reste.

D'autres viendront s'ajouter à la liste.

A une époque, c'était les vaches à qui l'on faisait consommer

de la protéine tirée des équarissages.

Les vaches n'en mangent plus alors ce sont les humains à qui

on les donne. 

C'est une horreur !!!


Je vous souhaite malgré tout une bonne journée.


ALIETTE LYDIA

 

 

 

08:08 Écrit par Lydia Chamarie | Lien permanent | Commentaires (12)

03/02/2013

Pauvres petits oiseaux !

Les chats domestiques tuent entre cinq et dix oiseaux par an, trente à cinquante pour les chats errants.

Les chats tuent des milliards d'oiseaux d'après une étude faite aux Etats-Unis.

Voilà ce qui est dit dans le résultat de cette étude :

Les félins errants et domestiques font des ravages sur la petite faune sauvage.

Faut-il encore avoir des "CHATS" chez soi ? La question mérite d'être posée à la lecture de l'étude documentée publiée dans "NATURE COMMUNICATION". Les auteurs montrent en effet que ces animaux qui nous sont si chers se révèlent être de terribles prédateurs achevant par milliards oiseaux et petits mulots. «Nous estimons que les chats en liberté tuent entre 1,4 et 3,7 milliards d'oiseaux et entre 6,9 et 20,7 milliards petits mammifères par an», expliquent les scientifiques. Ces chiffres concernent les États-Unis.

Pour obtenir ces résultats, les chercheurs ont multiplié le nombre de chats aux États-Unis et la quantité d'OISEAUX qu'ils sont susceptibles de tuer. «Les écarts dans les résultats s'expliquent par certaines incertitudes», commente Romain Julliard, chercheur en biologie de la conservation au Muséum national d'histoire naturelle. Si l'on connaît le nombre de chats ayant un maître (environ 80 millions), les chiffres sont plus évasifs en ce qui concerne les chats errants (entre 30 et 80 millions). On sait également que les premiers tuent entre cinq et dix oiseaux par an, les seconds entre 30 et 50.

Ces écarts expliquent la fourchette globale. Il n'empêche, «ces chiffres sont incroyables», ajoute Romain Julliard.

 UNE DES PIRES ESPECES INVASIVES

Jusqu'à présent, aucune recherche scientifique de cette ampleur n'avait été menée sur cette question. «On considérait que la responsabilité des chats dans la mortalité des petits animaux était négligeable, comparée aux autres menaces liées aux hommes, qu'il s'agisse des risques de collisions automobiles, des tours d'immeubles ou de la destruction des habitats, ont souligné les scientifiques.

Différentes études ont montré que l'introduction de chats là où il n'y en avaitpas auparavant provoque des désastres. Ils sont alors considérés comme la pire espèce invasive. Sur les îles, les chats laissés en liberté ont contribué à la disparitions des oiseaux, des reptiles et des mammifères présents. Trente trois au total dont plusieurs espèces d'oiseaux précise l'UICN (Union Internationale pour la conservation de la nature.)


Les chats sont aussi indirectement responsables de la disparition d'autres prédateurs. «Lorsqu'ils tuent des oiseaux, les chats errants entrent directement en compétition avec d'autres espèces pour qui c'est la seule nourriture, alors que les matous, même sans maîtres, peuvent la plupart du temps se nourrir ailleurs et notamment auprès d'habitants attentionnés», explique encore Romain Julliard.

Malgré ces effets nuisibles, «la gestion des chats errants -ou qui ont une maison- est toujours dictée par leur bien-être plutôt que par leur impact écologique» rappellent les scientifiques qui appellent à une prise de conscience et à un changement. Seront-ils entendus?

Article écrit par Marielle Court

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Quand j'étais enfant, il y avait des chats chez mes parents, "pour manger les souris" disait ma mère. Mais ils mangeaient aussi et surtout les oiseaux et cela me dégoûtait quand je les voyais avec un oiseau dans la gueule.

le lien :

http://www.lefigaro.fr/sciences/2013/01/31/01008-20130131ARTFIG00711-les-chats-tuent-des-milliards-d-oiseaux.php

BON DIMANCHE ET SANS RANCUNE


ALIETTE LYDIA


 

 

 

 
 

08:08 Écrit par Lydia Chamarie | Lien permanent | Commentaires (17)

21/01/2013

Où donc est la clarté

Où donc est la clarté ? Cieux, où donc est la flamme ?

Où donc est la lumière éternelle de l'âme ?

Où donc est le regard joyeux qui voit toujours ?

Depuis qu'en proie aux deuils, aux luttes, aux amours,

Plaignant parfois l'heureux plus que le misérable.

J'ai sans cesse vu l'heure en tournant pas à pas,

Teindre d'ébène et d'or les branches du compas,

Penché sur la nature, immense apocalypse,

Cherchant cette lueur qui jamais ne s'éclipse,

Chaque fois que mon oeil s'ouvre après le sommeil,

Hélas ! J'ai toujours vu riant, vainqueur, vermeil,

De derrière la cime et les pentes sans nombre

Le bleu matin surgit disant : "Aimez ! Vivez !

Et rouler devant lui de ses deux bras levés

L'obscurité, bloc triste aux épaisseurs funèbres ;

Et, le soir, j'ai toujours, sous le roc des ténèbres,

Tas monstrueux de brume où nul regard ne luit,

Vu retomber le jour, Sisyphe de la nuit.

Victor HUGO

 

Image du Blog mamietitine.centerblog.net
Source : mamietitine.centerblog.net sur centerblog.

Mon avis :

Les mots font rimes. J'espère que vous le comprendrez mieux que moi. Hugo pouvait être clair et harmonieux mais parfois, que pensait-il ? Merci de m'éclairer.

BON LUNDI PLUVIEUX ICI (encore pour plusieurs jours.)

ALIETTE LYDIA

08:07 Écrit par Lydia Chamarie | Lien permanent | Commentaires (8)

15/01/2013

Vestiges du Fort du Hâ à Bordeaux

IMG_1240.JPG

La tour des Minimes (ci-dessus) est tout ce qui reste apparent du fort du Hâ à Bordeaux.

L'autre tour (la tour des sorciers) n'est visible que de l'intérieur.

 

Le 21 juin 1940, à 4 h 32 précises, la tête du parricide : René Pons, roulait dans la sciure au pied de la guillotine transportée spécialement la veille par fourgon de Paris et dressée dans l'enceinte du Fort au pied de la tour des Minimes.

Quelques années plus tard, en 1967, la vieille bastille fermait ses portes définitivement, remplacée par la nouvelle maison d'arrêt de Gradignan.

Le transfert sous bonne escorte des détenus dans le nouvel établissement pénitencier mettait fin à plus de trois siècles d'histoire carcérale.

Ce furent d'abord les sous-sols des tours qu'on utilisa comme geôles. plus ou moins improvisées, mais toujours insalubres, en raison du Peugue qui baignait les bases de la forteresse. Pendant la Terreur, les évènements donnèrent au lieu sa destination définitive. On y enferma tour à tour : le maire Saige, Thérésia Cabarrus, l'avocat Romain de Sèze et de nombreux prêtres réfractaires. Vétuste et mal adapté, le vieux fort fur discrédité (1456) et démoli en 1835.

Adolphe Thiac fournit en 1841 les plans d'un nouveau centre pénitencier conçu sur le modèle cellulaire "pennsylvanien" qui pouvait contenir jusqu'à 230 détenus. Ses 150 cellules possédaient chacune un mobilier rudimentaire composé d'un lit en fer, un siège mobile et une chaise.

Trois empoisonneuses célèbres furent incarcérées quelques temps dans ces murs. En 1906, la chartronnaise Henriette Canaby dont François Mauriac s'inspira pour composer le personnage de Thérèse Desqueyroux. En 1946, Paule Guillou, préparatrice en pharmacie, condamnée aux travaux forcés à perpétuité pour avoir empoisonné son amant et sa mère. Enfin, en 1953, ce fut Marie Besnard, surnommée "la bonne dame de Loudun" finalement acquittée le 12 décembre 1961 "au bénéfice du doute."

Cet endroit chargé d'histoire et d'histoires, m'inspirera pour les prochaines visites que j'organisera dans cette belle ville de Bordeaux.

BON MARDI

 

ALIETTE LYDIA

09:40 Écrit par Lydia Chamarie | Lien permanent | Commentaires (7)

07/01/2013

Un nouveau russe : DEPARDIEUFF

La russie, en quête de respectabilité, a hameçonné le naïf GG.

Poutine a bien réussi son coup. Quant à la respectabilité,

ce n'est pas cet ex-acteur français qui va la leur apporter.

Lui qui s'est toujours si mal tenu en France.

Tant de fois il a eu maille à partir avec les uns et les autres :

Que ce soit la justice,  maltraiter les uns ou les autres,

Uriner dans un avion et tant d'autres choses moins reluisantes.

N'oublions pas qu'il est sous le coup d'une inculpation

"à la conduite en état d'ivresse."

En cela, il sera bien assorti aux russes déjà si alcoolisés.

Qu'il reste en russie, il ne me manquera pas.

Mais je n'irai pas le voir au cinéma s'il tourne d'autres films.

Cela est bien fini pour moi. Espérons que beaucoup feront pareil.

Il a peut-être du talent mais cela ne peut compenser

son personnage rebutant, car ce n'est jamais qu'un gros bof.

La russie ne lui prendra que 13% d'impôts comme à tout le peuple.

C'est ainsi que les russes sont souvent venus nous demander un gros

chèque pour compenser l'absence de rentrées. Chèque accordé par nous.

Nous devrons donc désormais aller demander un chèque à Poutine.

Pensez-vous qu'il nous l'accordera ?

Les êtres humains sont de plus en plus dégoûtants.

GG en tout premier !


Je vous souhaite une bonne semaine.

ALIETTE LYDIA


08:17 Écrit par Lydia Chamarie | Lien permanent | Commentaires (13)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique