logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/03/2012

La délicatesse

Je retourne au cinéma depuis que le temps est moins froid.

Ainsi, j'ai vu "LA DELICATESSE"

 

Bon, ce n'est pas le film de l'année même s'il est sympathique.

Audrey Tautou n'est pas mon actrice préférée.

Audrey Tautou

 


Synopsis et détails

Nathalie a tout pour être heureuse. Elle est jeune, belle, et file le parfait amour. La mort accidentelle de son mari va couper son élan. Pendant des années, elle va s'investir dans son travail, se sentir en parenthèse de sa vie sensuelle. Mais subitement, sans qu'elle comprenne vraiment pourquoi, elle embrasse un de ses collègues. Markus, un homme très atypique. S'ensuit alors la valse sentimentale de ce couple hautement improbable qui va susciter interrogation et agressivité au sein de l'entreprise. Choisit-on vraiment par quel moyen on renaît à la vie ? Nathalie et Markus vont finir par fuir pour vivre leur histoire et leur émerveillement à l'abri de tout. Cette histoire de renaissance est aussi celle de l'étrangeté amoureuse.

Par contre les autres femmes du film m'auraient plu davantage dans le premier rôle. Surtout Audrey Fleurot, si belle et naturelle, dans le tout petit rôle de la secrétaire de Charles.

 

Bonne semaine,


ALIETTE LYDIA

08:53 Écrit par Lydia Chamarie dans Films | Lien permanent | Commentaires (13)

10/03/2012

HASTA LA VISTA

Ce film est un chef-d'oeuvre. Il est à voir absolument.

 

 photo 2

Hasta la vista a reçu 1 prix et 3 nominations.

Claude Lelouch, par hasard...

C'est en attendant dans un multiplex pour faire une master class que le réalisateur français Claude Lelouch a découvert Hasta la vista. Il est entré par hasard dans une salle, et s'est laissé saisir par le film : "Prendre un tel pied en découvrant un film auquel je ne m'attendais pas m'était rarement arrivé", se remémore-t-il. Rentré en France, il a décidé de le distribuer, via sa société Les Film... Lire la suite

Un petit film primé !

Hasta la vista amasse les récompenses ! Le film a reçu pas moins de trois prix au Festival du film de Montréal : Grand Prix des Amériques, Prix du Public et Prix du Jury Œcuménique. Il a également remporté le Prix d'Epi d'or, le Prix de la Jeunesse au Festival Seminici de Valladolid 2011, et le Prix du Public au Festival Québec 2011.



BON WEEK-END


ALIETTE LYDIA

 

07:15 Écrit par Lydia Chamarie dans Films | Lien permanent | Commentaires (3)

07/03/2012

THE ARTIST

 

Tout est dit dans ces commentaires à chaud.

Mais n'oublions pas :

Cannes: une palme pour Uggy, le petit chien malicieux de "The Artist"

Cannes: une palme pour Uggy, le petit chien malicieux de "The Artist"

Le chien du film noir et blanc et muet The Artist, quel talent!

afp.com

Pris sur "CHIEN-ONLINE.com" :

Uggy, petit chien malicieux de The Artist, le film muet et en noir et blanc de Michel Hazanavicius avec Jean Dujardin, en compétition officielle au 64e Festival de Cannes, a été récompensé vendredi par la "Palm Dog", qui récompense le meilleur chien apparaissant dans un film de la sélection.


Uggie, le chien de race : Parson Tussel Terrier qui joue dans le film "The Artist" de Michel Hazanivicius, est l'heureux lauréat de la Palme Dog 2011, au dernier festival de Cannes.

Il a 12 films à son actif ce Terrier et a failli voler la vedette à Jean Dujardin, prix d'interprétation masculine.

"Pour deux hot-dogs, on obtient tout de lui !", a confié Jean Dujardin.

Pour Kate Muir, journaliste au Times à Londres, la "Palm Dog" récompense cette année "une des meilleures prestations de toute l'histoire de ce prix". Pour elle, Uggie est "un ravissant terrier".

 

Je voudrais ajouter que Jean Dujardin est parfait pour faire passer toutes les émotions autant dans son regard qu'avec ses sourcils, ses beaux sourires, que dans son attitude générale. Bérénice Bejo est merveilleuse avec ses grands yeux et ses magnifiques sourires. Cette plongée dans le passé avec ce film retraçant la fin du muet et le commencement du parlant est vertigineuse et sublime ! N'oublions pas le chien

J'ai eu l'impression de voir Clark Gable à certains moments.

 

Aujourd'hui sort : "Hasta la vista" à voir également.


ALIETTE LYDIA

09:39 Écrit par Lydia Chamarie dans Films | Lien permanent | Commentaires (5)

19/10/2011

Présumé coupable

J'ai vu ce film. Je dirai "enfin" car j'ai hésité. Je ne regrette pas.

Ce qu'a vécu cet homme : Alain Marécaux, est horrible et doit être connu.

Ce jeune juge BURGAUD incompétent, intraitable, injuste, stupide et

qui n'a pas été puni pour sa gigantesque "erreur judiciaire"

Qui a broyé des vies d'innocents sans pitié. Il a juste reçu un blâme.

Cet homme Marécaux, lui, a tout perdu dans l'histoire.

Il a repris son métier mais longtemps après et il n'oubliera pas.

Quant à cette femme : BADAOUI, qui est à l'origine de cette immense gâchis,

Qu'en dire ? C'était une femme plus que primaire, folle, illettrée, perverse,

Une personne innommable par l'étendue de sa dangerosité.

Quelle ressemblance entre le vrai Marécaux et celui qui a joué son rôle avec brio : Torreton.
BON MERCREDI A TOUS
ALIETTE

17:40 Écrit par Lydia Chamarie dans Films | Lien permanent | Commentaires (7)

06/07/2009

Le hérisson

Le film de Mona Achache "le hérisson" est agréable à voir et permet de passer un bon moment.

Dommage que cette concierge soit représentée par une femme enlaidie au maximum et renfrognée.

Si son visage affiche un air mauvais et fermé, on se rend vite compte qu'elle ne l'est pas.

Ce n'est pas ma vision des concierges que j'ai connues :

Et qui étaient très belles, ni plus cultivées, ni plus ignares. 

J'en ai connu une qui était Portugaise et tellement sympathique, dévouée, ouverte.

Je pense que Muriel Barbery à voulu sortir là une caricature de ce métier avec cette femme moche.

et qui est très bien jouée par Josiane Balasko. On a du mal à la reconnaître au départ.

Je n'ai pas aimé la fin qui laisse sur sa faim ! C'est dur de sortir de la salle après ça en se disant :

Eh bien voilà, plus d'histoire d'amour ; c'est fini. Il faut partir, il n'y a plus rien à voir ! Et c'est très dommage.

Car on était bien parti dans cette belle histoire et tout à coup : plus rien !

Quand à la petite Paloma, qui joue avec les médicaments anti-dépressifs de sa mère,

Je n'ai pas trop aimé que l'on puisse montrer ce genre de jeu qui est un très mauvais exemple :

Surtout pour les enfants qui ne sont pas bien dans leur peau, comme cette petite toujours munie de sa caméra.

L'atmosphère manque un peu d'énergie et de "piquant" et elle n'est pas très saine non plus.

La concierge se déride tout doucement grâce à ce nouvel habitant de l'immeuble : M. Kakuro Ozu

qui a su voir derrière ce visage rebutant, la vraie personnalité de Renée, la concierge.

Un vrai miracle ce gentil japonais plein de fric !

 

14:00 Écrit par Lydia Chamarie dans Films | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : sentimental

14/06/2009

Aristides de Sousa Mendes

Nationalité : France
Durée : 1h40
Langue : VF
Réalisateur : Joel Santoni
Acteurs : avec Bernard Le Coq, Nanou Garcia
Date de sortie : 2008
En juin 1940, alors que les troupes allemandes envahissent la France,Aristides de Sousa Mendès
consul général du Portugal à Bordeaux, décide de venir en aide aux réfugiés. Pendant plusieurs
jours, avec l'aide de son fils aîné : Pedro, il organisme une distribution de visas ininterrompue,
bravant ainsi sa hiérarchie et les ordres du dictateur SALAZAR, et sa "circulaire 14."
Mais cet acte courageux va lui coûter cher.
téléfilm passé sur Antenne 2, vendredi 12 juin. 
Le rôle d'Aristides est joué avec grand talent par Bernard Le Coq.
Il a reçu un prix au festival du film d'histoire de Pessac en novembre dernier.
                                           *
A. de Sousa Mendes, le Schindler portugais
                                          *
Sur cette photo, on voit Aristides avec son frère jumeau (dans le téléfilm.)
                                          *
Aristides de Sousa Mendes sauva environ : 30 000 réfugiés dont 10 000 juifs.
Il perdit ainsi sont poste de consul, son salaire et tous les avantages liés au poste.
Il avait douze enfants.
Il vécut le reste de sa vie dans une grande pauvreté.
                                          *
"La plus grande action de sauvetage menée
par une seule personne,
pendant l'Holocauste."
écrit Yehuda Bauer.
de Sousa Mendes (2).jpg

 Ici avec six de ses douze enfants.


Il aura fallu attendre 1974 pour qu'enfin Aristides de Sousa Mendes puisse être réhabilité.
                                                            *
                                                            *
"Je donnerai des visas à tout le monde, il n'y a plus de nationalistes, de races, de religions." "Juifs, catholiques, protestants ? On signe ! Apatrides ? On signe ! Russe ? On signe ! Allemand ? On signe !" (Aristides de Sousa Mendes)
                                                            *
Cet homme a donc réagi avec une grande humanité à ses risques et périls, à l'opposé de Maurice Papon qui obéit lui, et envoya ainsi à la mort des milliers de juifs.
                                                            *
Notons au passage que le dictateur Salazar bénéficiera longtemps d’une excellente réputation due, justement, au séjour de ces milliers de réfugiés, s’étant approprié le mérite de leur sauvetage. Machiavélique manipulation des faits qui avaient coûté la carrière et l’honneur du Consul Sousa Mendes ! On peut dire que ce SALAZAR n'eut pas une conscience bien exigeante. Ou même pas de conscience du tout serait mieux.

 BON DIMANCHE A VOUS TOUS !

04:47 Écrit par Lydia Chamarie dans Films | Lien permanent | Commentaires (4)

07/03/2009

Il y a longtemps que je t'aime

Kristin Scott Thomas et Elsa Zylberstein dans le film français de Philippe Claudel, "Il y a longtemps que je t'aime".

Ce film, réalisé par Philippe Claudel d'après un de ses textes pour lequel il a écrit le scénario.

Le thème principal est l'enfermement. Un vieux père rendu mutique par une attaque cérébrale, une mère atteinte d'Alzheimer, un flic divorcé et cerné par la solitude. Mais c'est surtout l'héroïne, jouée par Kristin Scott Thomas, qui sort de quinze ans de prison mais reste enfermée dans sa tête par l'acte qu'elle a commis et que l'on découvre peu à peu.

Elsa Zylberstein joue le rôle de la soeur, bonne et affectueuse. Elle a recueilli le vieux père de son mari, elle et son mari ont recueilli deux petites filles vietnamiennes, et fréquentent des immigrés afin d'être en règle avec les bons sentiments.

Au fur et à mesure de l'avancée du film, on découvre le meurtre qui a conduit l'héroïne en prison. C'est aussi le thème de l'euthanasie qui y est suggéré.

Le film est littéraire et tout en sentiments. Kristin Scott Thomas rend très bien tous ces ressentis. Elle est d'une grande beauté (et joue sans maquillage dans ce film.) On ressent très bien aussi la résistance qu'elle oppose à la chaleur humaine que veulent lui apporter toutes les personnes dans le film, notamment le policier.

Elle réussit malgré tout à se réinsérer, à trouver un emploi et un appartement.

C'est aussi et surtout les relations entre deux soeurs qui se sont peu connues et qui se découvrent peu à peu. 

Ce film mérite d'être vu et l'on en sort content et les yeux humides.

 

 

07:55 Écrit par Lydia Chamarie dans Films | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : prisonnière

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique