logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

02/04/2009

Concours du plus beau poème

C'est une amie correspondante depuis plus de deux ans, qui a écrit ce poème.

Elle a été sélectionnée sur 70 participants.

En le lisant, vous comprendrez son problème.

Le titre en est : "Il faut être sourd pour comprendre :

Il faut être sourd pour comprendre

Parler avec les mains, avec les yeux entendre,

Sur la bouche d'autrui bien fixer son regard

Aux vives discussions n'avoir aucune part

N'être pas averti et se laisser surprendre

Il faut être sourd pour comprendre

Vouloir communiquer et ne savoir s'y prendre

Vouloir vivre avec ceux qui semblent si joyeux

Mais tandis que tous rient, rester seul, sérieux,

Parce que le mot d'esprit, on n'a pas pu l'entendre

Il faut être sourd pour comprendre.  

 

C'est Michèle de Tours qui l'a écrit.

Ce concours était fait sur "PLEINE VIE."

07:50 Écrit par Lydia Chamarie dans poésie | Lien permanent | Commentaires (6)

26/03/2009

Quelques maximes de Jean Aranzasti...

Un pendu ne se repent jamais,

D'avoir trop tiré sur la corde.

* = * = *

Même sans queue ni tête,

Une existence ne mérite qu'on l'abrège.

*=*=*=*

Une vie même d'errance, peut être riche d'espérance.

*=*=*=*

Tout ouvrage achevé est le début du suivant.

medium_Dordogne_018.2.jpg
A vous qui passez me voir, bonne journée !

08:15 Écrit par Lydia Chamarie dans poésie | Lien permanent | Commentaires (8)

16/03/2009

Quelques phrases sur le mariage...

Jacques Chardonne : 

Le mariage est une religion ; il promet le salut mais il faut la grâce.

Vivre ensemble c'est se meurtrir l'un l'autre.

Balzac :

Le mariage doit incessamment combattre un monstre qui dévore tout : l'habitude.

Un mari comme un gouvernement  ne doit jamais avouer de faute.

Victor Hugo :

Le mariage est une greffe ; cela prend bien ou mal !

Henri Frédéric Amiel :

Le mariage doit être une éducation mutuelle et infinie.

Paul Claudel :

Le mariage n'est point le plaisir, c'est le sacrifice du plaisir, c'est l'étude de deux âmes

Qui pour toujours désormais et pour une fin hors d'elles-mêmes

Auront à se contenter l'une de l'autre.

 

08:52 Écrit par Lydia Chamarie dans poésie | Lien permanent | Commentaires (14)

11/03/2009

Sourire et amitié

La liberté c'est important. Plus ça va, moins on en a. Je ne sais pas si vous l'avez remarqué. Mais il y a quelque chose que l'on ne pourra jamais m'interdire, c'est de sourire et d'être amicale. Alors, aujourd'hui c'est mercredi, un jour de  semaine comme un autre. 

J'aimerais beaucoup enjoliver cette journée pour ceux ou celles qui viendront visiter mon blog en leur donnant à voir deux diaporamas :

L'un sur le sourire :

Vous n'avez qu'à cliquer ici dessous :

Souriez.pps

L'autre sur l'amitié :

Vous cliquez ci-dessous également :

ViveNotreAmitiedeLisette.pps

sableoupierre.pps


Car j'ai découvert, grâce à ce réseau de blogs et d'autres aussi, qu'il existait des amies et des amis nouveaux par ce moyen et je me demande maintenant comment font ceux qui ne le savent pas, qui ne pratiquent pas ce système, qui n'utilisent pas l'ordinateur tout simplement. Même si tout n'est pas parfait, même si les gens changent au fil des jours, même si quelques-uns que l'on aimait énormément, partent et ferment leur blog sans crier gare, sans dire au revoir, disparaissent comme ça, d'un jour à l'autre sans se soucier de ceux qui restent et qui ne les oublieront pas...

Il en reste des fidèles, qui reviennent régulièrement et vous garde une amitié sans faille. Ce sont ceux que j'apprécie le plus et qui me font le plus de bien et c'est pour eux que je travaille et que je me casse la tête.

D'autres s'essoufflent en cours de route et on ne les voit plus du tout. C'est la vie et il faut s'y faire et faire avec (ou sans, c'est selon !) Avoir un blog ou plusieurs blogs est quand même extrêment enrichissant à plusieurs niveaux et dans tous les domaines abordés.

Cela contraint à penser, réfléchir à ce que l'on va bien pouvoir mettre sur ces blogs. On n'y parvient pas toujours, bien sûr, mais il faut faire l'effort et c'est salvateur.

Les blogs c'est l'infini. Il y en a de toutes sortes et de toutes natures, certaines racontent leur environnement au jour le jour, d'autres montrent leurs ouvrages de tricot, couture, broderie (pas sur blog50 et c'est bien dommage.) D'autres parlent de leurs voyages, et ceux ou celles qui ne peuvent pas voyager pour diverses raisons, mettent des articles infiniment plaisants quand même.

Bonne journée à vous tous, amis ou simples visiteurs.

07:55 Écrit par Lydia Chamarie dans poésie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : sourire, amitié

05/01/2009

Quel bonheur !

Je vais laisser aujourd'hui ma note d'hier, afin que plus de personnes en ait connaissance :  

-=-=-=-=-

J'ai bien fait d'écrire cette note hier,

J'ai bien fait car j'ai touché votre coeur.

Je sais maintenant que vous avez un coeur qui bat très fort.

Un coeur bon et tendre, amical en tout cas ;

J'ai compris aussi que je n'étais pas la seule à aimer les coucous

(j'ai pas dit les couscous mais je pourrais LE DIRE,

car j'aime aussi les COUSCOUS, toutes les sortes de couscous)

En tout cas, j'aime aussi les bisous, la gentillesse, les petits mots

(j'ai pas dit les petits mots doux, mais... je pourrais

Car j'aime aussi les petits mots doux...) 

En conclusion, vous ne pouvez pas imaginer le bien que vous m'avez fait.

Ouf ! C'est fou !

J'ai passé un samedi fabuleux.

Dehors, il faisait soleil, pendant qu'à l'intérieur, les commentaires pleuvaient.

Je ne savais pas que vous passiez chez moi autant que ça ! 

Puisque vous ne le disiez pas.

C'est bien différent quand je le sais. En vérité, ça change tout. 

Et le seul moyen de le savoir c'est d'avoir un signe de celui ou de celle qui me visite.

Un petit signe de la main sur le clavier par exemple ;

Je peux vous le dire : c'est important. Oh combien ! ! !

Alors, vous savez quoi ?

Eh bien ! A partir de maintenant, il vous reste, si vous passez chez moi,

à venir manger un petit couscous, par exemple,

mais prévenez avant quand même.!.!.!

Longtemps à l'avance, hein ? n'oubliez pas.

ou plus simplement,

à continuer à écrire des commentaires

Mais là, pas besoin de prévenir ni de frapper,

Vous écrivez dans l'instant ce qui vous passe par la tête,

 Si jamais il ne se passait rien, vous écrivez juste : couscous !

Ou mieux : coucou ! Si vous préférez !

L'un ou l'autre, je ne vous en voudrai pas.

Mais bon ! C'est vous qui voyez !

Je ne vous oblige à rien, vous êtes libre,

Simplement, cela m'évitera de chanter :

"Vous, qui passez sans me voir"

"M'enlevez tout espoir."

Ce n'est pas que je chante mal, au contraire,

Mais c'est surtout que quand vous passez, je ne vous vois pas.

Tandis que si vous laissez un petit truc, je vous vois un peu.

Ou, du moins, je sais que vous existez, sinon je peux vous oublier,

O. K. ?

07:17 Écrit par Lydia Chamarie dans poésie | Lien permanent | Commentaires (21)

21/11/2008

Un peu de douceur nous fera du bien...

 

medium_Cherbo.jpg
Ici, une peinture du peintre CHERBO
( très douces ces couleurs)
-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

Souvent, la douceur des paroles,

Employée à propos,

A triomphé là où la violence aurait échoué."

(Appolonios de Rhodes)

 

"ll est plus doux de donner que de recevoir."

(Epicure)

 

"Plus fait douceur que violence."

(Jean de La Fontaine)

 

"Seules les personnes ayant de la fermeté

Peuvent avoir une véritable douceur."

(François de La Rochefoucauld)

 

"Il n'y a rien de plus fort au monde

Que de la douceur."

(Han Suyin)

 

"La douceur envers soi est la source de toute politesse."

(Marcel Jouhandeau)

 

medium_180px-Pluma-azul.jpg

Qu'y a-t-il de plus doux qu'une plume ?

Plus près de mes nuages, serai-je plus près de la douceur ?... 

06:50 Écrit par Lydia Chamarie dans poésie | Lien permanent | Commentaires (12)

12/09/2008

Je suis poète

Je suis un peu poète, je crois,

Je rime sur n'importe quoi.

Les mots viennent danser dans ma tête

La poésie, c'est ma conquête.

Parfois, la nuit, je me réveille,

Avec un beau vers dans la tête.

Alors, je tape sur mes doigts,

Il faut que je ne l'oublie pas.

A-t-il huit pieds ou douze ou dix,

Puisqu'il me plaît, je vocalise,

Ce joli vers que j'aie chanté,

Cette nuit, rêvant à moitié.

Maintenant, sous mon oreiller,

J'ai toujours un bout de papier,

Pour griffonner toute endormie,

Les rimes que je trouve jolies.

Jane Labalec (44100 Nantes)

13:30 Écrit par Lydia Chamarie dans poésie | Lien permanent | Commentaires (4)

10/09/2008

Nuit de décembre

Avant tout, je voulais dire que j'ai mis la liste de  Jean-Louis en bas à droite de ce blog.

Si vous le désirez, vous pouvez vous y référer.

 --=--=--=--=--=--=--

Ce poème de Musset montrait bien un dédoublement de personnalité affirmé :

Du temps que j'étais écolier,

Je restais un soir à veiller

Dans notre salle solitaire.

Devant ma table vint s'asseoir

Un pauvre enfant vêtu de noir,

Qui me ressemblait comme un frère.

Son visage était triste et beau :

A la lueur de mon flambeau,

Dans mon livre ouvert il vint lire.

Il pencha son front sur sa main,

Et resta jusqu'au lendemain,

Pensif, avec un doux sourire.

Comme j'allais avoir quinze ans,

Je marchais un jour à pas lents,

Dans un bois, sur une bruyère.

Au pied d'un arbre vint s'asseoir

Un jeune homme vêtu de noir,

Qui me ressemblait comme un frère.

Je lui demandai mon chemin ;

Il tenait un luth d'une main,

De l'autre un bouquet d'églantine.

Il me fit un salut d'ami,

Et, se détournant à demi,

Me montra du doigt la colline.

A l'âge où l'on croit à l'amour,

J'étais seul dans ma chambre un jour,

Pleurant ma première misère.

Au coin de mon feu vint s'asseoir

Un étranger vêtu de noir,

Qui me ressemblait comme un frère.

Il était morne et soucieux ;

D'une main il montrait les cieux,

Et de l'autre il tenait un glaive.

De ma peine il semblait souffrir,

Mais il ne poussa qu'un soupir,

Et s'évanouit comme un rêve.

 

A l'âge où l'on est libertin,

Pour boire un toast en un festin

Un jour je soulevai mon verre.

En face de moi vint s'asseoir

Un convive vêtu de noir,

Qui me ressemblait comme un frère.

Il secouait son son manteau

Un haillon de pourpre en lambeau,

Sur sa tête un myrte stérile.

Son bras maigre cherchait le mien,

Et mon verre, en touchant le sien,

Se brisa dans ma main débile.

 

Un an après, il était nuit,

J'étais à genous près du lit

Où venait de mourir mon père.

Au chevet du lit vint s'asseoir

Un orphelin vêtu de noir,

Qui me ressemblait comme un frère...

07:35 Écrit par Lydia Chamarie dans poésie | Lien permanent | Commentaires (6)

06/09/2008

Au jardin de l'Infante

Je rêve de vers doux et d'intimes ramages,

De vers à Frôler l'âme ainsi que des plumages.

De vers blonds où le sens fluide se délie,

Comme sous l'eau, la chevelure d'Ophélie.

De vers silencieux, et sans rythme, et sans trame,

Où la rime sans bruit glisse comme une rame.

De vers d'une ancienne étoffe exténuée,

Impalpable comme le son et la nuée.

De vers de soirs d'automne ensorcelant les heures,

Au rite féminin des syllables mineures.

Je rêve de vers doux mourant comme des roses.

 

Albert Samain

09:05 Écrit par Lydia Chamarie dans poésie | Lien permanent | Commentaires (5)

02/09/2008

TOI

medium_DSC01336.5.JPG

Je pense consacrer cette première semaine de septembre à la poésie. Pour vous qui me lirez, bien sûr !

 T O I

Si tu étais une fleur, tu serais une rose.

Mais une rose rouge, symbole de l'amour.

Si tu étais une fleur, tu serais une rose

Et moi le papillon qui te ferait la cour.

---

Aux lueurs de l'aurore, ta robe veloutée

Semble une fleur de sang humide de rosée.

Tu es la reine des fleurs, mon soleil, mon idole

Et je viens m'énivrer au sein de ta corolle

De ton parfum subtil, grisant filtre d'amour,

Souhaitant que mon bonheur dure ainsi pour toujours.

---

Si tu étais une fleur, oui, tu serais ma rose.

Si celle de Ronsard ne vivait qu'un matin,

Toi, tu serais éternelle, en permanence éclose

Tout au fond de mon coeur qui serait ton jardin.

 

Robert BOIX, 83110 SANARY-SUR-MER

08:10 Écrit par Lydia Chamarie dans poésie | Lien permanent | Commentaires (8)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique