logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/03/2013

Bordeaux et ses ponts

Plus de 190 ans séparent le premier pont bordelais, le pont de Pierre, et le dernier en date, le pont Chaban-Delmas (qui n'a rien fait pour ce pont comme pour d'autres choses d'ailleurs.) L'ancien maire récolte là une gloire qu'il n'a pas méritée, c'est ainsi.

Le pont de pierre a été inauguré en 1822, il est aujourd'hui classé monument historique. Il a eu une naissance beaucoup plus mouvementée que le dernier : le pont levant. Retour sur un pont qui a inauguré un lien fixe entre les deux rives.

Au début du XVIIIème siècle, un poète bordelais rêve. Il se nomme Elie de Bétoulaud et imagine un pont qui relierait enfin les deux rives gauche et droite, et permettrait aux habitants de franchir la Garonne autrement que sur des barges.

Des années plus tard, un homme n'a pas la réputation d'un rêveur : l'intendant Tourny, qui projette de créer un pont dans la droit ligne des fossés de Bourgogne, aujourd'hui appelés le Cours Victor-Hugo. Le projet n'est pas retenu mais le lieu d'implantation sera le bon.

Les commerçants bordelais ne sont alors pas favorables au pont. Ils craignent que cela ne nuise au trafic fluvial. Plusieurs plans successifs sont ainsi rejetés.

Il faut attendre que Napoléon Bonaparte passe à Bordeaux en 1807, en route pour la guerre d'Espagne avec ses 350 000 soldats qui devront franchir la Garonne sur des bacs pendant trois ans !!! Napoléon Bonaparte prend alors un décret pour la construction d'un pont en pierre qui doit traverser le fleuve le plus vite possible.

BOIS, FONTE OU PIERRE ?

L'empereur étant pressé, les ingénieurs rivalisent d'imagination et proposent un pont fait de barges rattachées puis un pont en structure de de bois. On imagine alors les piles en maçonnerie reposant sur des pins des Landes en guise de pilotis, 250 par pile pour résister aux forts courants. Les travaux débutent, la première pierre est posée en 1812. Mais, par manque de bois, le projet est modifié au profit d'arches en fer beaucoup plus chères. C'est sans compter "l'Histoire."

En 1814, les anglais entrent dans Bordeaux, l'Empire est renversé et Napoléon abdique. Le chantier est stoppé par manque de financement.

Deux ans plus tard, Pierre Balguerie-Stuttenberg, à la tête d'une compagnie de négociants et armateurs bordelais, propose d'apporter une forte somme en échange d'un droit de péage sur le pont pendant 99 ans. L'état rachètera le pont en 1863 et supprimera le péage. Cette solution est acceptée et les travaux reprennent. Il n'est plus question d'une travée mobile pour le passage des bateaux.

Les ingénieurs Pierre Deschamps et Jean-Baptiste Billaudel optent pour un pont en arc en pierres de taille et de voûtes en briques. Constitué de 17 arches soit autant que les lettres du nom de "Napoléon Bonaparte." Plus de 4000 ouvriers travailleront sur ce chantier jusqu'à l'ouverture le 1er mai 1822.

Long de 487 mètres, large de 15 mètres élargi à 19 mètres en 1954. Il a risqué la destruction en 1941 pour construire un pont plus large. Il a été sauvé par l'économie de guerre. Il restera le seul moyen de franchir la Garonne jusqu'à la construction du pont Saint-Jean en 1865 soit 143 ans après.

Plusieurs interventions de renforement furent nécessaires, il est maintenant sous étroite surveillance. Le plus vieux pont bordelais accueille le tramway depuis 2003. Il fut le pont emblématique de Bordeaux, jusqu'à aujourd'hui du moins, car nul doute que le nouvel ouvrage reliant Bacalan à la Bastide va prendre sa place dans l'imaginaire collectif.

Monuments de Bordeaux 049.jpg

Ci-dessus le pont de pierre.

 

Bon mardi à tous mes amis,

 

ALIETTE LYDIA

08:25 Écrit par Lydia Chamarie dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Coucou Aliette !
Et merci pour ma fête et ton gentil message . Je me souviens de ce pont lors de notre visite à Bordeaux mais je ne me souviens pas l'avoir franchi , je crois qu'on le voit depuis le miroir . Il est magnifique et élégant sur la Garonne .
Ici il pleut à vache qui pisse mais il ne fait pas froid . Bon mardi à vous deux et des gros bizoux de nous deux !

Écrit par : françoise la comtoise | 12/03/2013

Je connais bien Bordeaux, car, gamine j'allais en vacances chez une amie qui avait sa maison sur les quais. Son père possèdait une grande cave, je ne sais si elle existe encore,il s'appelait : Entreprise FURET.

Merci de tout coeur de ton amitié solide qui me fait chaud au coeur.

Je t'embrasse
Hélène

Écrit par : hélène | 12/03/2013

j'ai découvert un peu vite et sous la pluie ces ponts et Bordeaux amitiès

Écrit par : ventdamont | 19/05/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique